Yello – One Second

En 1987, Yello revient avec One Second, où en plus de chanter Dieter Meier inaugure « l’instant narratif » au début de certains morceaux (La Habanera), une manie qui ne le quittera plus… On est émus par Billy Mackenzie (Moon on Ice) et avec son accordéon qui rappelle celui de Nescio, Le Secret Farida est épaulé par de mystérieux synthés… Hawaiian Chance percute et fait pousser le volume, vers The Rhythm Divine où Shirley Bassey nous chamboule ; les chœurs collés de Goldrush évoquant Tom Tom Club… On termine par une note éthérée avec L’Hôtel entre chants d’oiseaux, tic-tac et rumeur de la foule ; loin de ses débuts à la Kraftwerk mais sans perdre de sa touche alpestre, Yello signe un opus synthpop parfois exubérant mais chaleureux.