Wolfgang Amadeus Mozart – Symphonies n°40 et 41

Composée en 1788, la Symphonie n°40 de Mozart s’ouvre avec un Molto Allegro inscrit dans le cerveau reptilien du mélomane, juste à côté de l’incipit de la Cinquième de Beethoven. Mozart a 32 ans et produit en seulement deux mois une œuvre balancée entre allégresse et mélancolie, tel un oiseau se posant sur une branche pour en repartir aussitôt, en quête de l’arbre idéal… Torchée dans la foulée, la Symphonie n°41 est plus dramatique et prolonge la gravité de Don Giovanni, surnommée « Jupiter » pour sa propension à déclencher la foudre et le tonnerre, tout en protégeant la cité…  Sous la direction de Charles Mackerras et l’Orchestre de Prague, ce disque paru chez Telarc rend à merveille la clarté d’une musique évidente, dont les harmonies coulent de source entre nos oreilles, tout en effaçant les rides sur notre front.