VNV Nation – Matter+Form

Six ans après Empires, VNV Nation revient avec un cinquième album délaissant les claviers analogiques pour un son synthpop assumé, abrasif et convaincant sur Chrome mais plutôt orienté dance… La voix du chanteur s’est éclaircie, mélodieuse et presque douce avec Arena ou Perpetual qui font penser à She Wants Revenge paru l’année suivante… L’instrumentale Colours of Rain est élégante comme du Chilly Gonzales en mode ambient ; suivie des grosses machines Strata et Interceptor, riches en grimpette dans les basses et parfaitement enchaînées… Lightwave fuse comme Vangelis et Homeward s’étire tel un gros chat, au bout du compte Matter+Form n’est pas sans charme mais VNV Nation a pris ses distances avec le côté obscur des débuts, et l’on pense désormais plutôt à un Philip Glass réutilisant la même recette qu’aux humeurs ténébreuses de Clan of Xymox… Leurs autres albums se suivent et se ressemblent, paru en 2011 je sauverais Automatic même si justement, il l’est un peu trop.