Underworld – Pearl’s Girl

Paru dans la foulée de leur quatrième album, cet ep d’Underworld regroupe neuf versions de Pearl’s Girl, qui compte toujours parmi leurs plus captivants morceaux. Avec Tin There on entre directement dans du massif, du survitaminé, de l’antidépresseur naturel à enchaîner avec une dose de 14996 Version, plus prévisible mais parfait pour se stabiliser avant l’ambient Oich Oich et le syncopé Cherry Pie ; le climax étant atteint avec Mosiac et Deep Arch, le premier nous entraînant dans un incroyable tunnel, le second déployant ses nappes le long d’un champ de coton… Pearl’s Girl est à Underworld ce qu’Hyper-ballad est à Björk, un an les sépare et chacun incarne à sa manière ce dont vont bientôt être capables leurs auteurs : Homogenic pour l’Islande, Beaucoup Fish pour le Pays de Galles.