Underworld – Everything, Everything

L’année suivant Beaucoup Fish, Underworld gratifie ses aficionados d’un album live au titre non usurpé, Everything, Everything contenant presque tous les morceaux que l’on espérait retrouver en concert. Juanita/Kiteless précède une version de Cups ramenée à sa portion riche en caféine, Pearl’s Girl est bienheureusement « crazy » et la paire Shudder/King of Snake ne manque pas d’improvisation ;  très attendu, Born Slippy .NUXX est abrasif, suivi du mythique Rez lui-même enchaîné avec le sémillant Cowgirl, comme un retour aux sources de la période Emerson… Paru chez Junior Boy’s Own en 2000, E, E plaît aux groupies mais permet aussi une initiation à ceux qui n’auraient pas encore mis leurs neurones en contact avec Underworld.