U2 – War

Paul Hewson dit « Bono », David Evans dit « The Edge », Adam Clayton et Larry Mullen forment U2 à Dublin en 1976. Ils sont alors lycéens et font leurs armes dans les pubs irlandais, avant de sortir un premier album en 1980. Paru trois ans plus tard, leur troisième opus War s’ouvre avec Sunday Bloody Sunday, transpirant d’énergie entre basse et batterie rageuses, violon surprise et chant triomphal. L’album contient aussi New Year’s Day qui a toujours été ma chanson favorite, et lorsque je suis parti pour Compostelle sans emporter de musique, de l’entendre depuis la caravane où j’ai passé ma septième nuit me l’a rendue encore plus précieuse. J’avais en effet trouvé à m’héberger dans un camping, où une équipe de rugbymen a festoyé toute la nuit sous chapiteau… Drowning Man est une autre chanson d’amour à l’instrumentation touffue, Red Light évoque les filles de joie d’Amsterdam et les guitares s’envolent avec Surrender, où la voix de Bono est secondée par les chanteuses de Kid Creole… À la fois rock et brouillon, mélodieux et énervé, new wave aussi, War ne laisse pas en paix les oreilles rebelles.