Tortoise – Millions Now Living Will Never Die

Avec son second album, Tortoise passe directement la cinquième et nous entraîne tambour battant sur un chemin nouveau. Paru en 1996, Millions Now Living Will Never Die s’ouvre avec les 21 minutes de Djed, un morceau d’anthologie où se succèdent des séquences à l’orgue et à la basse, en sourdine ou harmonieuses, au tambourin jusqu’à un creux ; à mi-parcours où tout s’arrête à l’exception d’un vibraphone survivant jusqu’à l’incroyable maelström, le passage dans une autre dimension et la fin des haricots, de la musique que l’on croyait écouter… Un choc remarquable et qui surprend comme dans un train sous un tunnel sans lumière, pour une arrivée presque tranquille dans une ruelle ambient, éclairée à la bougie… Les autres titres sont plus badins et teintés de jazz (Glass Museum) ou de guitares minimalistes (A Survey) ; la porosité de Dear Grandma and Grandpa résonnant comme un inédit des Boards of Canada… Défricheur et radical, un tel opus doit s’écouter bien entouré ; par exemple entre Lizard et Laughing Stock.