This Mortal Coil – Filigree & Shadow

Deux ans après It’ll End in Tears, This Mortal Coil revient avec un double album dans la lignée du précédent, éthéré à souhaits et constitué de 25 morceaux dont 13 instrumentaux… The Jeweller touche d’entrée avec le chant voluptueux de Dominic Appleton, suivi d’Ivy and Neet sans paroles puis Meniscus dont la guitare me rappelle Michael Brook. Au rayon des reprises, Come Here my Love de Van Morrison ploie sous les distorsions et Morning Glory de Tim Buckley ne manque pas de délicatesse ; en revanche on se serait passé des gros sabots de I Want to Live ou de Drugs au sein de ce patchwork qui a perdu l’unité des débuts, où ce sont plutôt les instrumentales qui sont marquantes avec en guise de joyaux Thaïs I et Thaïs II, ainsi que A Heart of Glass interprété par Ivo Watts-Russell… Trop dilué pour être inévitable, Filigree & Shadow ne manque pourtant pas d’appâts et peut très bien s’écouter à l’apéritif.