The Nits – Wool

Album de rupture où dominent les tons jazz, Wool impose de jeter ses vieilles oreilles pour se donner une chance d’y entrer. En 2000, les Nits ont quitté leur label historique Columbia pour signer chez PIAS où est également dEUS depuis 2011, qui proposent 12 chansons tout en intériorité, drapées dans une feutrine soul avec le concours d’un quartet et de la chanteuse RnB Leona Philippo, présente sur la plupart des morceaux… Ivory Boy donne la parole au cancer d’un fan des Nits, Patrick Liohan qui publiera son propre disque grâce à leur aide ; une trompette soyeuse fait marcher quelques Miles le long d’une rivière en compagnie de (Walking with) Maria ; avant de nous envoler avec 26A et son allusion jolie au Man with the Child in his EyesSeven Green Parrots possède le même synthé que Stevie Wonder et cite l’âme en caoutchouc des Beatles (et plus loin Strawberry Girl) ; ingénument, Crime & Punishment évoque l’impunité des monstres et le violon de Jazz Bon Temps rappelle Ponty… On brasse à l’aise dans la vaste mer bleue (Swimming) avant Frog et sa rythmique à la Yello, qui boucle Wool avec panache. « Sometimes my eyes are swimming… »