The Nits – Hat

Paru en 1988 tandis que le groupe est en tournée mondiale, Hat démarre avec The Train et une flûte le long du ballast, la batterie mimant le bruit des interstices entre les rails ; puis les roues freinent et nous laissent seul sur le quai, voyageur en solitaire sur les traces de Manset… Porté par un accordéon et des percussions discrètes, Blue tient en deux phrases et pose une question désespérante un jour de soleil ; d’autres flûtes ornant The Dream où l’on se rencontre au sein d’une maison réduite… Après toutes ces années, les retrouvailles ont lieu autour d’une chaise oubliée, la contrebasse et le piano rejoints par un orgue cisaillé (The Bauhaus Chair)… The Hat sonne aussi trouble que Some Are, son harmonica traînant le long des rues du centre-ville, en quête de la femme au chapeau… Tu t’égares dans une maison où le paysage se confond avec les murs, tu te promènes et le temps a passé, les cuivres bavent et le piano t’effleure, tu découvres la photo d’une famille disparue (The House)… Il n’y a que 6 titres sur cet extended play mais ils forment une séquence foudroyante, un univers de poche indicible et intimiste.