The Nits – Doing the Dishes

« Moi jamais content rester même chose », l’incipit de ce poème de Jean Tardieu s’applique bien aux Nits dont chaque nouvel album ne ressemble pas aux précédents. Trois ans ont passé depuis Les Nuits, Henk a enregistré un disque de chansons de Leonard Cohen avec l’Avalanche Quartet et s’en revient d’humeur folâtre sur ce disque où cohabitent country et rock’n roll, avec un soupçon de punk… Après la revue des morts menée tambour battant (No Man’s Land), une mélodie enlevée se demande où sont les fleurs (The Flowers). Intermède folk surgi de nulle part, In Dutch Fields comprime un poème de John McCrae ; on fait la vaisselle avec Mrs. Sunlight et un banjo, puis I’m a Fly expose les différents états d’une mouche… Moon Dog électrise sans qu’il y soit forcément question de Moondog, et Yesterday imite les Dead Kennedys le temps d’une fable autour d’un voleur qui part en vrille, à la façon d’un sketch des Monty Python. Entre les deux se situe Heart ou le secret d’une chanson simple, avec son piano enchanté et un étonnant Stips à la voix ; sans oublier la mélopée Grr… to You, égrenée comme une chanson de Low sur ce disque caméléon.