The Future Sound of London – ISDN

Paru en juin 1995, ISDN est le troisième album de FSOL. S’il conserve un côté IDM à la Black Dog, il montre qu’il sait s’en affranchir avec le jazzy Smokin Japanese Babe ou It’s My Mind That Works construit à la manière d’une intrigue écrite par David Lynch… Plus ramassé que Lifeforms, ISDN raconte une histoire à facettes multiples en se rapprochant parfois des écossais Boards of Canada ; ainsi You’re Creeping Me Out et ses cris de baleines, Kai entre lasers et futur oriental, sans oublier l’intervention spatiale de Robert Fripp sur Dirty Shadows… Le titre du disque rend hommage à la technologie ayant permis d’enregistrer certains morceaux en simultané à partir de plusieurs endroits du monde, ceci avant l’invention de l’ADSL ; cet étalage de sons étagés est aussi le brouillon annonciateur de leur prochain ouvrage : Dead Cities que je m’en vais écouter sans plus tarder, animé d’une joie prémonitoire…