The Future Sound of London – Dead Cities

Paru un an après l’engageant ISDN, ce quatrième album mène à leur paroxysme les ambiances esquissées auparavant par FSOL. En distribuant les cartes d’un jeu qu’ils viennent d’inventer, Dead Cities se libère des étiquettes et atteint le rang d’œuvre autosuffisante, qui ne doit plus rien à personne… La chanson éponyme annonce le départ d’une course saisissante dans la ville de notre imaginaire, où samples et boucles élaborés comme jamais produisent des effets inouïs ; le point de fusion étant atteint avec Everyone in the World is Doing Something without Me et la voix sublime de Rebecca Caine, parfaitement enchaîné avec My Kingdom… Marqueur temporel indéniable, Dead Cities est un chef d’œuvre qui perdure au même titre que Chill Out des KLF ou 76:14 de Global Communication ; mais pour aller plus loin dans ce type d’ambiance, l’heure est venue de quitter FSOL dont les Environments sont monotones et peu convaincants, afin de plonger sans bouée dans Owl Splinters de Deaf Center.