The Flaming Lips – 7 Skies H3

Deux ans après la baffe sensorielle d’Embyronic, les Flaming Lips enregistrent un morceau d’une durée de vingt-quatre heures (sic), intitulé 7 Skies H3 et commercialisé à seulement treize exemplaires sur une clé à mémoire fichée dans un crâne humain ! Inutile de dire qu’il n’y en a pas eu pour tout le monde, d’autant que chaque exemplaire valait 4 000 euros ; heureusement l’œuvre a aussi été proposée en libre écoute sur leur site tandis qu’en 2014 paraissait cette version raccourcie, tenant sur un seul cd… Et c’est à nouveau un disque défiant les lois de la banalité, aux allures organiques et où souffle un vent venu de loin, dès le premier titre la voix de Wayne Coyne évoque On Ships of Gold des Black Heart Procession ; suivi de Battling Voices from Beyond, un thème à drainer la lymphe tandis que Requiem et Can’t Let it Go offrent sans pesanteur un retour à la normale… En divisant la durée de l’œuvre originale par vingt-neuf (un ratio qui aurait pu tomber à dix-huit s’ils avaient rempli le cd), puis en fractionnant le résultat en dix morceaux quintessentiels, les Flaming Lips ont réussi à transformer une performance en un très bon album.