The Doors – Strange Days

Second album des Doors, Strange Days est dans la continuité de The Doors paru cette même année 1967, avec deux ou trois trucs qui le rendent indispensable. Les instruments s’étoffent, sur Strange Days Jim s’éclate avec son premier Moog tandis qu’un bassiste de studio a été recruté pour soulager Manzarek au synth bass ; mais les arrangements restent simples et sonnent comme une balance enfantine : la guitare et l’orgue à droite, la basse à gauche et la batterie au milieu tandis que la voix se déporte légèrement, comme sur le féerique You’re Lost Little Girl… Tout aussi essentielles sont les vapeurs de People are Strange et son piano honky-tonk ; tandis que My Eyes Have Seen You galvanise et prépare à When the Music’s Over, où pour boucler son disque Morrison nous refait le coup de la chanson étirée, avec solos et slogans incorporés mais cette fois c’est la musique qui est sa seule amie, et que quand la musique est terminée il faut penser à éteindre la lumière. Il a raison et c’est ce que je fais chaque nuit après avoir écrit une page comme celle-ci, jusqu’au jour où je ne le ferai plus.