The Art of Noise – In Visible Silence

Je ne suis pas près d’oublier la richesse des paysages sonores d’In Visible Silence, que j’écoutais en boucle en 1987 dans les autocars Greyhound, lorsque le bac en poche je partis découvrir la côte est des États-Unis. Où les boucles rythmiques de Backbeat donnent l’impression de changer d’état, où Legs déroule un tapis infernal de cordes et de batterie, riche de voix étranges, car The Art of Noise ce sont aussi des tranches de vie réaménagées, non documentées comme ce discours contre l’apartheid en introduction du dramatisant Instruments of Darkness, suivi du thème éculé de Peter Gunn, interprété par Duane Eddy auquel je préfère Camilla, piécette aux accents romantiques, ou encore le tonitruant Chameleon’s Dish. Le livret contient des photos en noir et blanc de Peter Ashworth, qui rappellent l’univers du film 1984 d’après le roman de George Orwell.