The Art of Noise – Daft

En 1983, lors d’une session d’enregistrement de l’album 90125 du groupe Yes, l’équipe de production de Trevor Horn utilise pour la première fois un riff de batterie sur l’échantillonneur Fairlight CMI, et l’agrémente d’autres sons bruts. Ainsi est né The Art of Noise, dont le nom fut trouvé par le journaliste Paul Morley, en référence à L’art des bruits de Luigi Russolo. C’est avec Who’s Afraid of que j’ai découvert ce groupe dès 1984, dont on retrouve tous les titres sur l’album Daft mais aussi ceux du premier maxi, Into Battle with the Art of Noise. De quoi replonger dans l’univers des « faiseurs de bruit », comme ils se nomment dans le livret illustré de leurs masques et pictogrammes si particuliers… Après une première écoute un peu décevante, je me raccrochai au légendaire Moments in Love ; mais c’est après quelques passages que me sont revenues les pièces vraiment subtiles du puzzle, ainsi l’enchaînement de Memento avec How to Kill, ou bien Close (to the Edit). Là, je me suis rendu compte que ce groupe a vraiment été aux origines de l’electro. Ça m’a foutu des frissons.