The Art of Noise – Below the Waste

Ce quatrième album est aussi le plus hybride, Yebo étant un chant d’inspiration zoulou, interprété par le groupe sud africain Mahlathini and the Mahotella Queens, rendu célèbre trois ans plus tôt sur le Graceland de Paul Simon. Il en va de même sur Chain Gang et Spit, voisinant avec deux reprises successives, l’une du Robinson Crusoe de Gian Piero Reverberi (l’homme qui créa le Rondo Veneziano en 1980), et l’autre du thème de James Bond ; pour ne rien dire du sample des Carmina Burana sur Dilemma. Heureusement, avec Catwalk et Flashback les petits coups de marteaux sur des clochettes et autres cordes savatées sont toujours de mise, car si The Art of Noise compte parmi les précurseurs de l’ambient, c’est sans jamais renoncer à leur zeste de naïveté électronique… Sur la couverture, une magnifique paire d’enceintes Emphasis, dessinées par Morten V. Warren pour B&W.