Talk Talk – The Party’s Over

Formé à Londres en 1981 par Mark Hollis au chant, Lee Harris à la batterie, Paul Webb à la basse et Simon Brenner aux claviers, Talk Talk est un groupe britannique dont la brève existence a changé ma perception de la musique. Ils signent leur premier opus chez Emi en 1982, The Party’s Over en plein courant synthpop et où ils vont faire leur trou ; une ardeur insolite se dégageant dès le premier titre (éponyme) porté par la voix de Mark Hollis qui va conduire ce groupe là où personne n’était allé avant eux, également parolier et co-auteur de la plupart des morceaux. Un mélange de fièvre retenue qui lui fait chanter l’enfance (It’s so Serious) et l’urgence (Today), le doute (The Party’s Over) et la défaite (Hate) avec la même grâce ; l’ouverture dantesque de ce dernier titre me faisant frissonner à chaque fois… Des synthés capables d’allégresse et un piano élégant, des percussions subtiles et un son lumineux pour un album où l’entrain est une façade ; terminé par Candy qui n’était peut-être qu’une tricheuse car même avec les paroles dans le livret, leur poésie est à double tranchant… Distançant sans effort Alphaville ou Duran Duran, il y a déjà dans ce disque quelque chose qui n’appartient qu’à Talk Talk.