The Oscillation – Veils

Veils paraît en 2011, second album de The Oscillation qui débute par une tempête de sable sans paroles, où les percussions de Tim Weller entraînent dans un swing tribal qu’aurait apprécié Klaus Dinger ; habilement suivies des élans obnubilés de Future Echo, qui gagne en profondeur à chaque minute… La basse de The Trial dépote et son intro me fait étrangement penser à Van Occupanther, suivie d’une guitare qui ressemble à un banjo electro avant les vrilles de Telepathic Birdman, ses zoom arrière au synthé et son harmonica évoquant O.rang… Construit sur 12 minutes, le titre éponyme se fait désirer comme Archive avant de se dissoudre tel un comprimé de Spiritualized ; le tout servi bien tassé pour un trip post-psychédélique addictif.

The Oscillation – Out of Phase

The Oscillation est un do de musique électronique formé à Londres par le compositeur et chanteur Demian Castellanos et le bassiste Tom Relleen. Accompagnés de Jon Abbey à la batterie et Mark Thomas aux claviers, ils publient leur premier album en 2007, Out of Phase dont les textures psychédéliques, complexes mais lisibles réincarnent l’esprit krautrock… Comme pour se vider la tête avant d’entrer dans le vif du sujet, Visitation accorde ses instruments dans un crescendo empathique et qui rappelle Tago Mago, avant la basse incisive de Liquid Memoryman et ses échos de voix, la guitare luttant avec des percussions affûtées… Le clavier gourd et le chant de Head Hang Low évoquent Beach House tandis que la basse de Comatone suggère un hommage à Seventeen Seconds, l’un des disques préférés de Demian… Au milieu de l’album, comme un phare dans la nuit This is Nowhere nettoie nos neurones avant l’enivrante instrumentale Gamelan Mindscape ; Saturn 5 est aussi convaincante et l’on sort en force avec la version transmuée de Visitation, ébloui par ce premier opus qui tient tout seul. « I hear your sadness, it’s echoing… »