Swayzak – Loops from the Bergerie

Paru en 2004, Loops from the Bergerie donne le ton dès Keep it Coming précédant la pulsion circulaire d’Another Way, où la voix de Richard Davis étourdit comme il faut avant d’être enchaînée avec Bergerie du nom du studio où l’album a été enregistré, non loin de Montpellier et où ont été tissées ces boucles nébuleuses… On se perd dans les bois à la nuit tombée avec l’instrumentale Jeune Loup, puis Clair Dietrich reprend du service le temps d’un morceau anxiogène (Then There’s Her) ; avant la double performance de Mathilde Mallen et ses susurrements sensuels (8080) complétés par la descente au paradis de The Long Night, chantée en français et à rapprocher des humeurs élégiaques de Jean Bart… Avec son titre évoquant la bande originale des Loups dans la Bergerie de Serge Gainsbourg, avec ses sentiments surexposés et son goût pour les micro-ouragans, le quatrième opus de Swayzak compte parmi les grands disques de musique électronique.

Swayzak – Dirty Dancing

Deux ans après Himawari, Swayzak épice sa recette techno de nouveaux ingrédients et invités, Clair Dietrich étrennant la piste avec Make up your Mind, tranche de jalousie electro sur lit de rythmes acides. La voix camouflée de Headgear laisse des traces après In the Car Crash, un morceau lancinant au second souffle inattendu… Les battements de Celcius plongent dans une tempête mauve, suivis d’un pas de deux décapant avec Carl Finlow et Nicola Kuperus (I Dance Alone) ; avant les claviers patauds de The Punk Era et ses samples à la passoire grasse, ou encore la seconde et remarquable contribution de Clair Dietrich sur Sob 1, à faire fondre un ours mal léché… Avec ses synthés identifiables au premier accord,  Dirty Dancing confirme Swayzak dans sa verve exclusive, sombre et trépidante à la fois. « Si toi tu ne t’aimes pas, everything’s wrong… »

Swayzak – Himawari

Formé à Londres en 1997 par David Brown et James Taylor, Swayzak est un groupe de musique électronique à tendance techno minimaliste. Signé chez Medicine Label l’année suivante, leur premier opus Snowboarding in Argentina impose une alchimie épurée sans être froide, confirmée en 2000 sur Himawari qui s’ouvre avec Illegal, un morceau downtempo interprété par le poète dub Benjamin Zephaniah, entre rap et reggae… Kirsty Hawkshaw prête sa voix séraphique à State of Grace, en anglais puis en allemand pour plus de mystère autour de rythmes pétillants ; mais Swayzak excelle aussi dans les instrumentales comme Leisure Centre alignant des micro-jingles en répétition hypnotique, Japan Air et sa basse mousseuse, sans oublier les escalades touffues de Pineapple Spongecake et Betek… Humble et solide, aérien et urbain, Himawari cisèle à merveille.