Imagineoir 80

Je te connais par cœur
Tu me pompes l’air nuit et jour
Et ça fait 300 000 heures que ça dure*
J’use et j’abuse de toi mais
Remettons-ça encore une fois
Et de tout j’aurai fait le tour
Nos tempi se sont accordés très tôt
Laissons les sourds à leurs pianos
Et de nos notes étonnons au mieux
Tu es mon plus fidèle inspirateur
Tes maux sont les miens
Et mes livres sont à toi.

* texte écrit à 34 ans.

Imagineoir 49

Ce dessin n’a été dicté par
aucune nécessité sinon celle d’exister,
d’être ajouté à la famille et c’est bien
suffisant pour le rendre abordable.
Il montre un homme écartant les
bras en souriant, le corps
brisé de traits.