Mike Oldfield – Ommadawn

Troisième album studio de Mike Oldfield, Ommadawn paraît en 1975. Avec ses flûtes irlandaises et ses chœurs éthérés, la première partie semble revenir sur les terres d’Hergest Ridge lorsqu’au milieu des guitares surgit un rythme tribal suivi d’une improvisation de la fidèle Clodagh Simonds ; parmi d’autres enchaînements raffinés jusqu’au climax… La forêt s’épaissit en seconde partie, où les cordes sont prises dans un essaim de claviers avant un grand coup de vent dans la prairie ; Paddy Moloney s’invite à la cornemuse et le pique-nique se prolonge, Leslie Penning sort sa flûte et Mike demande si quelqu’un sait où sont les verres à whisky… Celtique et ambient comme une version champêtre de Rubycon sorti la même année, Ommadawn est mon album préféré ; d’une courte tête devant le revanchard Amarok, collage culotté de soixante minutes écrit par Oldfield en 1990 pour protester contre le désinvestissement de Virgin à l’égard de sa musique.

Mike Oldfield – The Orchestral Tubular Bells

Enregistrée en 1974, la version symphonique des Tubular Bells a été dirigée par David Bedford et interprétée par le Royal Philharmonic Orchestra, Mike interprétant certains passages à la guitare. De la montée en puissance des cordes en première partie au lent déploiement des flûtes dans la seconde, avec un final étincelant et qui nous épargne la cocasse énonciation du « maître de cérémonie » de 1972, la richesse des instruments classiques se prête très bien aux variations de la musique de Mike Oldfield… C’est avec cet album que j’ai découvert son œuvre et je continue de le situer à proximité des Planètes, un univers à part entière est déployé et le petit jeu de la comparaison avec l’original disparaît bientôt ; aussi et malgré l’opportunisme éhonté d’un tel exercice discographique, j’admets que c’est vers cette seconde version que j’ai tendance à revenir…

Mike Oldfield – Hergest Ridge

Après avoir tranquillement marqué le début des années 70 et assis la réputation de Virgin avec Tubular Bells, Mike Oldfield revient deux ans plus tard avec Hergest Ridge, du nom de la colline près de laquelle il s’est réfugié dans une maison de campagne après le succès de son premier opus… On y retrouve ses instruments favoris et sa manière de les étager, déroulant une symphonie pastorale où les guitares respirent (Part One), rejointes par une chorale et quelques glockenspiels… La chanteuse irlandaise Clodagh Simonds entonne un dialecte obscur en seconde partie, bientôt éclipsé par un déluge d’accords flamboyants où les guitares surnagent comme des loups baladeurs ; dont la durée et l’atmosphère qui s’en dégage apportent à cet album une touche hardie. Aspirant au calme, Oldfield s’est finalement lâché et même si son rock progressif n’atteint pas au grandiose d’un Christian Vander, ses escapades réservent de jolies surprises.

Mike Oldfield – Tubular Bells

Mike Oldfield est un musicien britannique de rock progressif né à Reading en 1953. Sa sœur ainée est chanteuse et son frère flûtiste, il reçoit une guitare à l’âge de 7 ans et enregistre la première version des Tubular Bells dix ans plus tard, sur un magnéto bidouillé où il superpose les sons des instruments… Sa rencontre avec Richard Branson est déterminante, qui crée le label Virgin en 1972 et y fait figurer Oldfield parmi ses premiers artistes… Innovant pour l’époque, le disque est constitué de deux parties de vingt-quatre minutes chacune, essentiellement instrumentales comme un Boléro rock montant en puissance à chaque minute, imbriquant mélodies et chœurs allègres, clochettes… La Part 2 est plus fébrile avec ses voix gutturales, son chien hurlant et la reprise d’une danse traditionnelle ; aboutissant à un périple dépaysant et bien dosé où germe aussi la musique ambient à la façon de Harold Budd.