Jacno Future

Publiée deux ans après sa mort, cette compilation invite 14 artistes à rendre un dernier hommage à Jacno. Dominique A est plutôt en forme avec Je t’Aime Tant et le couple Daho-Calypso se fend d’une version electro-pop de D’une Rive à l’Autre, la voix d’outre-tombe de Brigitte Fontaine transcende Je Vous Salue Marie et la Mauvaise Humeur est convaincante dans la bouche de Jacques Higelin… Mais les perles viennent du Rectangle de Katerine qui a saisi avec une basse et un banjo tout l’esprit de Jacno, de Christophe et sa version sur le fil de Je Viens d’Ailleurs, ou encore Stereo Total dont Le Téléphone sonne vraiment comme du Jacno au futur… On sauvera aussi Main dans la Main de Chateau Marmont, délicieusement typé, ainsi que Tes Grands Yeux Bleus d’Alex Beaupain même s’il a traficoté sa voix, et tant pis pour ceux qui ont raté leur coup en se cantonnant à l’original… Au final la transmission est réussie, Jacno Future est un bel objet discographique et son livret donne à voir tour à tour chaque interprète en train de brandir un portrait de Jacno peint par Jean-Charles de Castelbajac.

Jacno – Tant de Temps

Septième et dernier album de Jacno, Tant de temps paraît en 2006. De profil sur la couverture d’un digipack à l’égyptienne, le premier dandy de la french touch propose 11 morceaux electro et acoustiques où comme à son habitude, l’amour et la dérision sont rois. En duo avec Françoise Cactus de Stereo Total sur Tous ces Mots-Là, puis avec Mars Rendez-vous pour une partie de jambes en l’air, sur la planète rouge et en allemand… Avec Le Sport, en prenant le contrepied de l’hygiénisme ambiant Jacno se condamne à ne pas passer à la radio (« Ovale ou rond, un ballon c’est pour les cons »), passionné avec T’es mon Château, vampirique le temps d’une comptine (L’homme de l’Ombre) et carrément exquis Avec les Yeux, une ballade soutenue par les chœurs de Yacine Mekaoui, également présent sur un Baiser empoisonné aux côtés de la guitare complice de Thomas Dutronc… Fumeur invétéré, Jacno ne fera pas de vieux os et Tant de Temps s’achève sur l’instrumentale Code 68, comme en écho au Rectangle qui l’avait révélé ; nous laissant orphelins alors pour se consoler, on filera directement écouter Papillon Paravel.

Jacno – La Part des Anges

Paru en 1998, le cinquième album de Jacno est un chef-d’œuvre. La Part des Anges immerge d’emblée dans un tourbillon carillonnant, avant Je Viens d’Ailleurs où piano et synthé sont à l’unisson d’un grand moment de poésie, la voix de Jacno accompagnée d’Edith Fambuena. Une symbiose à frémir, réitérée avec Pour Seule Mémoire ou le portrait d’un homme exacerbé ; entre les deux se sont glissés un tendre vacarme amoureux (Sans un Bruit) et la double interprétation de Je Vous Salue Marie, prière synthétique aussi improbable que captivante, la seconde étant en latin. La sieste coquine d’On s’absentera procède elle aussi par écho et Mort Pour la Vie est un hymne au temps présent, suivie de l’énumération proverbiale de Je ne suis pas Toujours de mon Avis, où Bashung n’est pas loin… On croit terminer avec O.A.O, instrumentale electro écrite pour l’inauguration du Stade de France, lorsqu’après une minute de silence, caché dans le noir surgit Le Sud de Nino Ferrer, le temps d’une reprise à découvert… Le son et les mots, l’articulation entre les morceaux : tout est unique dans ce disque à écouter en fin de soirée, peut-être après Jean Bart ou Gérard Manset.

Jacno – Une Idée Derrière la Tête

Onze années se sont écoulées depuis Rectangle, pierre angulaire de l’œuvre de Jacno qui a entre temps formé un duo avec Elli Medeiros, lorsque paraît son troisième album solo Une Idée Derrière la Tête. Dominé par un son plutôt rock, avec des guitares, des chœurs et des invités de Paul Personne à Etienne Daho, il démarre avec Y’en a là-d’dans, une chanson badine rappelant On nous cache tout on nous dit rien de Dutronc, lequel signe la musique du second morceau, Le cafard d’après les paroles inspirées de Françoise Hardy… L’amour est sensuel avec la chanson éponyme et Les langues étrangères se terminent par un collage jubilatoire de jurons, tandis que Poubelle et fleurs évoque l’enfance sur fond d’accordéon de Gérard Blanchard. La dernière chanson est pour sa fille Calypso, Ma petite reine tout en douceur, prolongée par l’instrumentale Salut ma Belle. Le livret contient les paroles, et la photo de couverture est signée Elli.

Jacno – Jacno

Denis Quilliard est un auteur-compositeur-interprète français né à Paris en 1957. Plus connu sous le nom de Jacno, en référence au graphiste qui a redessiné le paquet des cigarettes Gauloises en 1946, il forme les Stinky Toys en 1976, considéré comme le premier groupe de punk français… Sa carrière solo démarre trois ans plus tard avec l’album Jacno composé de six morceaux, dont le premier sera connu dans tout l’hexagone grâce à une publicité pour Nesquik, un coup de pouce bienvenu pour celui qui se voit désormais précurseur de la musique électronique. Rectangle est en effet une petite merveille de composition, minimaliste comme le Popcorn des Hot Butter en 1972, euphorisante comme Oxygène Part 4 en 1976… Le son de Jacno est reconnaissable entre tous, une poignée de notes pianotées sur fond de boîte à rythmes, quelques accords de guitare et on recommence ; l’approche est la même sur les titres Triangle, Losange et Cercle, entre nonchalance et légèreté avec une pincée d’indéfinissable… Un premier disque auquel il ne manque que la parole, malgré la voix de sa compagne Elli Medeiros le temps d’un morceau dégrisant.