Hidden Orchestra – Archipelago

Deux ans après Night Walks, les elfes de Hidden Orchestra nous embarquent dans un nouveau périple drum’n bass riche en escales, en escalades jazz (Overture) suivies de trompettes en vrille où une folie percussive galvanise un piano rampant (Spoken)… Les paliers ascensionnels de Flight rappellent The Penguin Café Orchestra et Hushed se fend d’une intro à la Disintegration, rapidement compensée par des flûtes mais le cœur y est ; Reminder échafaude une tension aussi épique qu’un morceau de Hybrid tandis que Disquiet est dément dans sa progression post rock gorgée de chœurs et de harpes, de bouteilles de verre bruissant ; ça grimpe à n’en plus finir on dirait du Vangelis en mieux, ce morceau me fait flipper à chaque fois, assorti d’une furieuse envie de lâcher mon pré carré… Entre Aim pour la pêche, Red Snapper pour le swing et Boards of Canada pour les petites surprises affleurant à nos tympans, Archipelago est un grand cru.

Hidden Orchestra – Night Walks

Formé à Edinburgh en 2010 par le bassiste et claviériste Joe Acheson, Hidden Orchestra est un groupe britannique de musique avant-gardiste combinant trip hop et jazz, post rock et electro. Avec Poppy Ackroyd au piano et violon, Jamie Graham à la batterie et Tim Lane au trombone, Joe Acheson invite des musiciens de formation classique à ajouter leur partition sur les compositions du groupe, puis les recombine en studio pour aboutir à ce qu’il nomme un « orchestre imaginaire… » Des morceaux de longue durée qui prennent le temps de faire monter l’adrénaline dans l’esprit post rock (Antiphon), du jazz downtempo avec samples et clarinette (Footsteps, Undergrowth), des superpositions rythmiques rappelant les ambiances de Cinematic Orchestra (Dust, Stammer) ou bien jazzy électronifié façon Henri Texier (Tired and Awake) : avec Night Walks Hidden Orchestra distille ses vibrations orchestrales avec élégance, le temps d’un film fantastique que l’auditeur réalise lui-même dans la tête.