Franz Schubert – Trio pour Piano et Cordes n°2/Sonatensatz

Monstre sacré de la musique de chambre, le Trio pour Piano et Cordes n°2 a été écrit par Schubert à l’âge de 30 ans, alors qu’il se sait atteint de syphilis et un an avant sa mort prématurée. Où les instruments se livrent à un dialogue romanesque en quatre mouvements d’une musicalité universelle, le second étant le plus connu (Andante con moto) depuis qu’il a été immortalisé dans le Barry Lyndon de Kubrick en 1975, sa mélodie au piano incarnant l’idée du spleen avec la même évidence que chez Janacek… Un disque aux vastes nuances et qui donne l’impression de vivre dans un tableau, interprété par le Castle Trio en 1993 avec Lambert Orkis au clavier, Marilyn McDonald au violon et Kenneth Slowik au violoncelle ; paru chez Virgin et qui se termine avec la Sonatensatz composée par le jeune Franz à l’âge de 15 ans, dont les tonalités fringantes esquissent déjà l’empreinte que le Viennois allait laisser au-delà de sa brève existence, son catalogue posthume comptant un millier d’œuvres.

Franz Schubert – Sonate pour Piano n°21/Mélodie Hongroise/Moment Musical n°2…

Composée en 1928, un an après la mort de Beethoven auquel Schubert rend ici hommage, la Sonate pour Piano n°21 (D960) est faite de modulations multiples, un climat composite s’installant dès l’Allegro moderato entre agitation et recueillement ; le sombre Andante con moto suivi d’un Scherzo tonifiant avant le final Allegro ma non troppo où la pulpe des doigts rebondit sur les touches, prodiguant un feu d’artifice au coin du cœur… Mais si l’on a que quatre minutes au lieu de quarante-cinq, il suffit d’écouter la Mélodie Hongroise écrite en 1824 pour éprouver toute la force du romantisme schubertien, nostalgique et enlevé tout comme le Moment Musical n°2, plus mesuré et néanmoins ravissant sur ce disque paru chez Harmonia Mundi en 1996, enregistré l’année précédente par Michèle Scharapan et annonciateur de l’incontournable Trio pour Piano et Cordes n°2.

Franz Schubert – Symphonies n°2 et 8

Franz Schubert est un compositeur autrichien né à Vienne en 1797. Son père lui apprend le violon et son frère le piano, il chante à 11 ans à la chapelle impériale de Vienne puis devient l’élève d’Antonio Salieri ; intègre l’orchestre du Konvikt, un internat à l’éducation très stricte dont il sera chef d’orchestre avant de composer ses premières fantaisies pour piano en 1810… Écrite à l’âge de 18 ans, sa Symphonie n°2 se laisse écouter comme un hommage à Mozart ; la Symphonie n°8 étant plus remarquable, dite « inachevée » et qui ne sera découverte qu’après sa mort, faite de montées dramatiques dans un premier mouvement dont chacun connaît les mélodies au hautbois ; le second étant tempéré par un lyrisme feutré… Deux œuvres publiées sur ce cd paru chez CBS en 1985, sous la conduite de Daniel Barenboim et du Philharmonique de Berlin.