Fabulous Trobadors – Duels de Tchatche et Autres Trucs du Folklore Toulousain

Cinq ans après la Ligne Imaginot, les Trobadors balancent leur disque le plus fabuleux, le plus éloquent et le plus musical. Produit par Sodi qui va agrémenter les habituels tambourin et human juke-box de nouvelles percussions (tympanon, zabumba, flûte) mais aussi doper le sampling et la programmation, ce quatrième album propose treize titres ciselés dans la joie et qui mettent en valeur le duo toulousain au sommet de son art, sans rien renier de ce qui fait leur force… Bonne Nuit donne envie de rêver, Ça c’est Oui ! de vivre ensemble et tant qu’à faire dès aujourd’hui (Demain, demain) ; Si tu te Fais et Duel de Sans-pareil sont deux joutes oratoires d’anthologie entre Dr. Cachou et Ange B., sans oublier Y’a des Garçons, leur plus belle chanson d’amour et un élégant de pied de nez aux Blés de Jacques Brel… Engagé et humaniste, façonné par des électrons libres de la chanson francophone à l’égal de Louis Arti, de Richard Desjardins ou du Général Alcazar, Duels de Tchatche et Autres Trucs est un disque essentiel.

Fabulous Trobadors – On the Linha Imaginòt

Publié en 1998, le troisième album des Fabulous Trobadors s’articule autour de la Ligne Imaginot, inventée par l’écrivain Félix-Marcel Castan et qui défend la mixité culturelle et plus largement sociale, pour une solidarité entre les hommes dans le respect de la différence, comme l’illustrent bien les chansons Je ne Chante pas mes Peines ou encore L’Accent : « Le tien c’est le tien et le mien c’est le mien… » Mais l’humour n’est jamais loin, et avec L’Omelette au Pastis les Fabulous font un clin d’œil au groupe de reggae marseillais Massilia Sound System qui partage les mêmes idéaux ; ou encore cet hymne décalé à L’Alh (l’ail en occitan) dont Ange B. dresse la liste des vertus médicinales, digestives et amoureuses, non sans rappeler Thiéfaine vantant sa cancoillotte franc-comtoise… Parmi les petites histoires récitées entre deux morceaux, on écoutera avec attention les fables du Sage sur la Linha et un peu plus loin, du Plus Big Défi… Entre la verve de Brassens et la malice de Boby Lapointe, voilà un disque bourré de bonnes intentions et accompagné d’un livret digne de ce nom, avec d’admirables illustrations signées Frédo Sacaro.

Fabulous Trobadors – Ma Ville est le Plus beau Park

Enfin sortis de l’anonymat, pour leur second album les Fabulous Trobadors ne changent rien à ce qui fait leur singularité : un peu de folklore, beaucoup d’humour et un maximum de poésie. Paru en 1995, deux ans après le génial Èra Pas de Faire, ce disque mélange à nouveau la langue d’oc et le français dans des chansons militantes et badines. Quel sera notre Futur ? liste les candidats possibles à la présidentielle, Iavéka, iavékapa se moque de la langue de bois, Ma Ville est le Plus beau Park prône la décentralisation culturelle ; Beu fait l’éloge du vin rouge, Dins mon Vilatge énumère avec un phrasé digne d’Eminem ce qui se trouve dans un village, Bona Annada souhaite une bonne année universelle… L’esprit de Nougaro plane sur ce disque, lui qui les a soutenus dès le début ; et comme pour tous leurs opus les paroles figurent dans le livret accompagnant le cd, avec la traduction des chansons traditionnelles et de nombreux éléments biographiques.

Fabulous Trobadors – Èra Pas de Faire

Formés à Toulouse en 1987 par Claude Sicre et Jean-Marc Enjalbert, respectivement Dr. Cachou et Ange B., les Fabulous Trobadors sont un groupe français mêlant à des textes engagés le folklore occitan et une rythmique qui n’appartient qu’à eux, autour d’un simple tambourin et de bruits émis par la bouche d’Ange B.… Les Alpha bêtises donnent le ton en ouverture de leur premier album Èra pas de faire, paru en 1993 chez Roker Promocion, où l’alphabet est égrené le long d’une chanson truculente d’une minute. L’exercice de style se poursuit avec Pas de çi ou comment juxtaposer en musique une centaine de maximes, L’Homo Flipper est un régal ludique ainsi que l’hommage décalé au patrimoine industriel local avec le Cachou Lajaunie. Mais le propos est aussi politique et invite chaque citoyen à se prendre en main, dans le pastiche Come on, Every Baudis ! ou bien avec Ne Faites pas de Concession… Un cocktail détonant de virtuosité verbale, entrecoupé de sketches faisant penser aux skits de Dr. Dre : le rap français est né en 1987, et presque personne n’est au courant.