Earth, Wind & Fire – The Very Best

Earth, Wind & Fire est un groupe américain créé à Chicago en 1969. Maurice White, Wade Flemons et Don Whitehead font d’abord partie des Salty Peppers qui connaissent un succès d’estime avant de s’agrandir en 1971, portant à dix le nombre de musiciens présents cette même année sur leur premier album éponyme. Inspiré par l’astrologie, leur nom évoque les éléments fondamentaux, mais l’eau n’a pas été incluse et l’air a été remplacé par le vent… En combinant une palette d’influences allant du funk aux musiques africaines, en associant les trompettistes des Phenix Horns à la plupart de leurs tubes, le groove inimitable d’EWF va s’imposer sur la scène disco du début des années 80. September, Boogie Wonderland, Magnetic : ils sont tous là sur cette compil, y compris In the Stone dont la longue intro rappellera des souvenirs à ceux qui regardaient le « film du dimanche soir » sur TF1, lorsqu’il n’y avait que trois chaînes de télé et que la probabilité d’y voir un film récent était élevée.

Earth – Hex; or Printing in the Infernal Method

Paru en 2005, Hex; or Printing in the Infernal Method est le quatrième enregistrement studio d’Earth. Après une interruption de neuf ans, le trio devient quintet et fait quelques concessions en faveur de la mélodie, ajoutant à leurs guitares alanguies un banjo, un carillon et un trombone. Du coup, par rapport à Earth 2 leur musique perd en singularité et se rapproche de ce que Neil Young avait fait neuf ans plus tôt pour le film Dead Man de Jarmusch ; ou encore des ambiances dévastées de GY!BE comme sur les morceaux Left in the Desert ou Raiford… Situé entre avant-garde et ambient metal, moins saturé et peut-être moins oppressant, cet album est un bon moyen de découvrir ce groupe. Je n’avais pour ma part acquis Earth 2 qu’un an plus tard, et c’est dans ce même ordre que j’en recommande l’approche à quiconque s’intéresse aux territoires non piétinés par les cow-boys, entre bourdonnements organiques et pensées impalpables. Couverture et livret sont magnifiques, évoquant en photographies la conquête de l’Amérique.

Earth – Earth 2

Earth est un groupe expérimental américain formé en 1989 par le guitariste Dylan Carlson, Slim Moon et Greg Babior. Earth fait référence à l’un des premiers noms de scène des Black Sabbath, mais la comparaison s’arrête là car à l’exception du son des guitares, Earth est maître de sa propre réalité et utilise plutôt le heavy metal comme un moyen, un outil de sculpture sonore qui trouve sa première illustration en 1993 sur l’album Earth 2, sous-titré fort à propos special low frequency version… Où des guitares ralenties à l’extrême se déploient paresseusement, laissant derrière elles des traînées de vibrations palpables comme un seul écho étiré à travers soixante-treize minutes formant une entité autonome ; glu sourde et grasse nous enveloppant dans des filets de fréquences qui commencent par clouer au sol avant d’autoriser une forme d’évasion, de lévitation à la puissance d’évocation illimitée. Magistral.