DJ Shadow – The Private Press

Six ans ont passé depuis le légendaire Endtroducing, avec lequel DJ Shadow s’est imposé en maître du collage musical « hip trip hop. » Paru en 2002, The Private Press utilise la même marmite et concocte un nouvel élixir fascinant, les beats de Fixed Income installant d’emblée un climat lounge où l’on a envie de déboucher une bonne bouteille… Giving up the Ghost procure une montée d’adrénaline prolongée par Six Days puis Mongrel Meets his Maker, le sample en intro de Right Thing ayant l’air de résumer la méthode de DJ Shadow pour parvenir à tant d’aisance. Une dizaine de morceaux répartis entre vocaux et instrumentaux, You Can’t go Home Again osant une reprise d’El Cóndor Pasa rendu célèbre 32 ans plus tôt par Simon & Garfunkel… Alors même si la surprise est passée et que certains jingles auraient pu être évités, lové dans son canapé cet album s’écoute aussi aisément que son aîné.

DJ Shadow – Endtroducing

Joshua Paul David dit DJ Shadow est un musicien et producteur américain né en 1972 à Hayward. Collectionneur de vinyles depuis l’âge de 12 ans, il est encore lycéen lorsqu’il réalise ses premiers mixes, qui le feront connaître dix ans plus tard grâce au label Mo’Wax. Sa technique alors pionnière consiste à mélanger des genres aussi divers que le funk, le rock, le jazz, l’ambient et le hip hop, aboutissant à des morceaux entièrement nouveaux au moyen de collages et de superpositions, de scratching et de rajouts à la beatbox… Paru en 1996, son album Endtroducing pousse cette logique à son paroxysme, exclusivement composé de samples provenant d’autres sources. Soixante-deux minutes d’un continuum sonore inextricable et pourtant harmonieux, largement instrumental à l’exception de quelques monologues enrobant treize séquences enchaînées avec soin… Quatre ans plus tard, The Avalanches vont renouveler la performance avec un album remarquable lui aussi, mais c’est à Joshua que revient le mérite de la première fois, lui valant d’être assimilé aux origines du trip hop à côté de Massive Attack ou Portishead.