Devo – Duty Now for the Future/New Traditionalists

Moins d’un an après le début remarqué de Q: Are we not Men ? A: We are Devo !, les zigs du synth punk reviennent avec Duty Now for the Future et ses morceaux chaloupant au gré de voix parlées, scandées ou reprises en chœur par les frères Mothersbaugh et consorts… Ça commence avec Devo Corporate Anthem, une allusion convaincante au film d’anticipation Rollerball sorti quatre ans plus tôt ; Blockhead est catchy et même Swelling Itching Brain, à part ça on s’ennuie un peu et de trouver sur ce même cd leur album New Traditionalists paru en 1981 n’y change rien. Où les synthés ont pris de la bouteille au détriment des guitares, où après avoir écouté Through Being Cool et Race of Doom, si c’est avant d’aller au lit l’insomniaque fera l’économie d’un comprimé.

Devo – Q: Are We Not Men ? A: We Are Devo !

Devo est un groupe de new wave américain formé en 1975 autour de Gerald Casale, de Josh Freese et des frères Mark et Bok Mothersbaugh. Leur nom est une contraction de la notion pseudo-scientifique de « dé-évolution »,  postulant que l’humanité est en train de régresser et à partir de laquelle leur musique va critiquer la société. Où l’on situe d’emblée l’ambition de ces jeunes punks qui attirèrent l’attention de David Bowie dès 1978, et leur permettra de faire produire leur premier album Q: Are We Not Men? A: We Are Devo ! par Brian Eno… Entre Mongoloid qui parodie l’aliénation de l’homme moderne, et le remake robotisé de Satisfaction des Rolling Stones, Devo met son énergie dans un style révolté et ironique qui n’appartient qu’à lui, à la musicalité certaine (Gut Feeling, Shrivel up) tout en cultivant une forme de déshumanisation, entre le lyrisme de Gary Numan et l’abstraction de Kraftwerk… À noter que grâce à cette édition cd qui comprend aussi leur concert Devo Live de 1980, nous profitons des indispensables Freedom of Choice et Be Stiff.