Daniel Bélanger – Quatre Saisons dans le Désordre

À chaque écoute de ce disque paru en 1996, je me demande pourquoi Daniel Bélanger est si peu connu en France. Car ces Quatre Saisons dans le Désordre sont aussi rares qu’un hiver estival, du complexe Sortez-moi de Moi à l’amoureux des Deux Printemps, de l’aliénant Je Fais de Moi un Homme à l’inaltérable Respirer dans l’Eau, pour ne rien dire du Primate Électrique refermant le conte, où cet exacerbé du verbe nous confie sa tentation du vide… Un disque inclassable, dont le son mais aussi la voix font penser au Grace de Jeff Buckley ; là comme ailleurs je pèse mes mots, tout comme ceux de Bélanger sont importants et figurent dans un livret comprenant des photos aériennes signées Tchi et Yves Fournier… Ce disque a beaucoup compté dans ma vie, cependant je ne suis pas sûr que quelqu’un se souvient pourquoi. La musique a aussi le pouvoir de raviver des émotions périmées. « Libre à mourir de rire… »

Daniel Bélanger – Les insomniaques s’amusent

Daniel Bélanger est un auteur-compositeur-interprète né en 1962 à Montréal. Il monte son premier groupe à 21 ans, les Humphrey Salade qui donnent des concerts sans enregistrer d’album. Les Insomniaques s’Amusent sort fin 1992 et remporte plusieurs prix, en concert Daniel Bélanger est connu pour sa forte présence scénique et fait partie des chanteurs québecois les plus populaires… Le premier album de Daniel Bélanger alterne chansons pop et ballades sentimentales, saillies jazzy voire rock, l’ensemble s’unifiant autour de cette voix si particulière, haut perchée mais très présente, un timbre chaud et son accent attachant aux tournures inattendues, poétiques sur Ensorcelée, idéalistes sur Opium ou nostalgiques sur Le Bonheur… Une somme joliment produite entre New York et Montréal, annonciatrice du prochain album Quatre Saisons dans le Désordre, avec lequel j’ai découvert ce chanteur. Une fois déplié, un élégant livret en accordéon révèle les paroles.