Ravi Shankar – Pandit Ravi Shankar

En 1986 à Radio France, Ravi Shankar enregistre au sitar trois morceaux de musique indienne avec côtés de Kumar Bose au tabla, Vidya Bataju et Jeevan Govinda au tampura qui ressemble à un luth allongé. Puriya-Kalyan est un raga ou « être musical » sinuant comme un fleuve bienveillant, où l’on plonge dans les méandres de sonorités patiemment tissées durant 31 minutes… D’abord dépouillé, le raga Purvi-Kalyan est bientôt accompagné des vibrations d’un tabla qui a pu inspirer la Diva de Cosma ; avant de conclure par Man Pasand, un dhun ou « musique légère, romantique et lyrique » selon la définition fournie dans le livret de la collection Ocora, dont les remous rappellent l’intro du Royaume de Siam de Manset… Plus académique que West Meets East (que je recommande pour découvrir Shankar), ce disque pousse lentement au gré des écoutes, comme une fleur s’élançant vers le ciel ou une figure de yoga répétée à la perfection. Alors il faut certes s’accrocher un peu, mais à la fin c’est promis : Ravi rend heureux.

Ravi Shankar – West Meets East

Né en 1920 à Bénarès, « Pandit » Ravi Shankar est un compositeur indien. Son frère aîné est acteur et l’initie à la danse, mais Ravi préfère la musique et apprend le sitar qui devient son instrument de prédilection, publie son premier album à 36 ans et se produit aux Etats-Unis, rencontre les Beatles et fait connaître sa musique qui sera même adoptée par les Rolling Stones… West Meets End paraît en 1967, fruit d’une collaboration avec le violoniste Yehudi Menuhin où les deux virtuoses se répondent en suivant les cadences triomphales de la musique indienne (Swara Kakali) ; improvisant ensuite de concert sur le doux Raga Piloo, avec le tabla d’Alla Rakha rappelant Devotional Songs… Paru chez Angel, ce cd capiteux regroupe 7 morceaux issus des trois rencontres entre les deux musiciens, Tenderness étant mon favori pour sa ressemblance avec une scène de danse frénétique dans Le Salon de Musique de Satyajit Ray ; même si en 1957 ce dernier avait préféré les services d’Ustad Vilayat Khan, l’autre maître du sitar.

Hailu Mergia – Shemonmuanaye

Hailu Mergia est un multi-instrumentiste éthiopien né en 1946. Il apprend la musique à l’armée, fonde le Walias Band et se produit dans les bars d’Addis Abeba ; part en 1983 étudier à l’université Howard de Washington où il s’enregistre à l’accordéon dans un petit studio, en profitant des autres instruments pour étoffer 11 morceaux qui seront d’abord publiés sur une cassette chez Kaifa Records, puis redécouverts trente ans plus tard par le label Awesome Tapes From Africa… Ça commence avec Shemonmuanaye où Hailu donne l’impression qu’il vient d’allumer son orgue Bontempi, la nonchalance spatiale de Sewnetuwa et d’Amrew Demkew évoquant autant l’esprit de Watussi que le piano Rhodes de Head Hunters… Avec sa boîte à rythme lo-fi et ses claps, Laloye colore l’accordéon de tons surprenants ; Wegene et Hari Meru Meru rappelant Erè Mèla Mèla de son compatriote Mahmoud Ahmed. On pense aussi à la disco futuriste de MBT Soul (Ambasel) tandis que Hebo Lale passe en mode beatbox comme un train en rase campagne… Ingénu et captivant à chaque écoute, entre jazz et krautrock Hailu Mergia illumine.

Djelimady Tounkara – Sigui

Djelimady Tounkara est un musicien malien né à Kita en 1947. Initié aux instruments traditionnels comme la kora ou le n’goni, il perpétue le rite des griots dont le rôle était de transmettre les mythes du passé. En 1971, il rejoint l’orchestre du Buffet de la gare de Bamako et sort son premier album solo trente ans plus tard, Sigui où devenu virtuose à la guitare acoustique, Djelimady enchaîne dix chansons admirablement produites par le label Bleu Indigo… Accompagné du chant serein de Mamany Keita (Gnima Diala) ou de Lafia Diabaté (Sigui), évoquant la guerre avec Ayebo où la calebasse et le djembé de Sidiki Camara rappellent Guem ; radieux aussi le temps d’instrumentales (Diaoura, Samakoun) ou bien solennel lorsque Senelalou rend hommage aux agriculteurs du Mali ; Djelimadi nous offre ce disque de folk africaine limpide et ressourçant, avec un son authentique entre le Cap-Vert de Titina et le Sénégal d’El Hadj N’Diaye.

Guem – Percussions Africaines pour la Transe

Abdelmadjid Guemguem est un musicien algérien né à Batna en 1947. Plus connu sous le nom de Guem, footballeur dans son enfance il se passionne très tôt pour les percussions, s’installe à Paris dans les années 70 où il fait ses armes dans les cafés de Barbès, notamment en compagnie de groupes de jazz. Son premier album Percussions Africaines paraît en 1973, bien d’autres suivront et c’est avec Le Serpent que démarre cette anthologie parue en 2002 au Chant du Monde, qui a fait connaître Guem après que Jean-Luc Delarue l’ait mis au générique de son émission Ça se discute dans les années 90, ses rythmes envoûtants pénétrant l’inconscient collectif à la manière de Steppe… Les 15 titres qui suivent possèdent le même pouvoir d’addiction, de Cauchemar à Nouba en passant par Lazzi ou Délivrance, les tam-tams règnent et avec ou sans danse on se laisse porter jusqu’à la « transe », nos oreilles captivées par ce son minimal et organique, un horizon hallucinant se profilant derrière la répétition de tambours et fûts métalliques, claquements et sifflets cadencés comme autant de phases que Guem induit sans avoir besoin d’électricité, à écluser avant de déboucher un bon Steve Reich.

Ismaël Lô – Jammu Africa

Ismaël Lô est un chanteur et musicien sénégalais né au Niger en 1956. Il étudie les arts et apprend la guitare, l’harmonica et rejoint le groupe Super Diamono en 1974, avant de démarrer une carrière solo dix ans plus tard… De trois ans l’aîné de Youssou N’Dour, il partage avec lui son goût pour la musique mbalax et enchaîne les albums, rencontre le succès lorsque Pedro Almodóvar inclut sa chanson Tajabone dans le film Tout sur ma Mère en 1999. Parue en 1996, l’anthologie Jammu Africa reprend ce titre poignant, avec son harmonica et ses cordes feutrées ; parmi 13 morceaux sobres (Jammu Africa, Khar) et colorés (Sofia, Dibi Dibi Rek), engagés (Raciste, Samba et Leuk) ou poétique sur Without Blame, en duo avec Marianne Faithfull qui chante la femme libre… Entouré d’un orchestre capable de faire danser et pleurer à la fois, avec ses chœurs généreux et une trompette chaloupée, des tam-tams discrets, Ismaël Lo ne sait pas tricher.

Travel Electro

Remarquable parce qu’elle intègre Mustt Mustt, le remix de Nusrat Fateh Ali Khan par Massive Attack, cette compilation parue en 2004 recèle d’autres pépites : Tribalistraz d’Alexandre Scheffer et ses rythmes proches de The Shamen ; Deia d’Electro Mana pour un chill sous les néons de l’heure bleue ; Possibly of Love par Vernon & Dacosta comme un Yokota amphétaminé… J’aime aussi la guitare hispanisante de Latin Flavor (Kunkanzazenjii), les flûtes indiennes signées Infernal (Adeel) ou encore le groove ibérique de Redfish (Ultimo Amore), futuriste façon Rah Band… Ke Dolor de Santos est à écouter dans un bus quand on a le dos bloqué, sans passer à côté des pulsations bluffantes de St Germain (Percussion), enchaînées avec The Truffle Tribe de Mane et qui mettent l’Afrique à l’honneur, à la manière de Daphni sur ce disque passe-partout mais revigorant.

Youssou N’Dour – Eyes Open

Né en 1959 à Dakar, Youssou N’Dour est un compositeur et chanteur sénégalais. Il rejoint le Star Band à l’âge de 12 ans, un groupe de musique traditionnelle mbalax, puis crée huit ans plus tard le Super Étoile de Dakar… Il publie son premier album en 1984 et monte sur scène aux côtés de Peter Gabriel et Paul Simon, contribuant à faire connaître le mbalax au-delà du Sénégal. En 1992, les 14 morceaux de son septième album Eyes Open couvrent un spectre musical allant du funk à la pop, du chant rituel (Yo Lé Lé) à la soul (Hope, No More) ; ses textes mélangeant tranquillement l’anglais, le wolof et le français. Un sacré patchwork où l’on trouve une allusion mordante à la série Dallas, dénonçant déjà l’addiction aux médias (Live Television) ; les vibrations retenues d’Africa Remembers ou encore les percussions grisantes de Things Unspoken… Youssou a collaboré avec Manu Dibango et Axelle Red, publié une trentaine de disques avant de se lancer en politique dans les années 2010 ; chanteur militant dont ces Eyes Open ravissent le corps en réveillant l’esprit.

Manitas de Plata – Flaming Flamenco

Sur ce disque paru en 1991 chez Ballaphon, Manitas démarre avec une improvisation de douze minutes pour guitare et voix, Gypsy Theme où se déploient toutes les nuances de la langueur ibérique ; hymne à l’art de vivre gitan articulé en temps lents et nerveux, prolongé sous les cordes en verve de Sentimiento et Tierra Andaluza… Au fil du disque, Manitas énonce son propre nom à plusieurs reprises, « Manitas ! » comme le rappel de son blason à la façon des rappeurs ; la spontanéité du sétois tzigan rappelant l’aisance verbale d’un MC Solaar… Comme son titre l’indique, Así se Toca en met plein les oreilles (« cela se joue ainsi »), même si pour une vraie claque on lui préférera l’album du même nom… Manitas de Plata meurt nonagénaire à Montpelier en 2014, un an après le Général Alcazar que j’assimile à l’un de ses fils spirituels, ce dernier ayant passé l’arme à gauche… à Sète.

Manitas de Plata – Así se Toca

Ricardo Baliardo alias Manitas de Plata est un guitariste français de musique tzigane né à Sète en 1921. Il est découvert à l’âge de 34 ans aux Saintes-Maries-de-la-Mer, où il participe à un enregistrement qui sera salué par Jean Cocteau. Après une mise en doigts ponctuée de quelques éclats de voix (Mi Tierra), Manitas enchaîne avec La Danse du Feu dont la virtuosité rappelle le trio McLaughlin, de Lucia & di Meola. Arrive Bella Gitana, le morceau qui m’a donné envie de découvrir cet artiste après avoir vu le film La Chair de Marco Ferreri dans les années 90 ; chanté avec fougue sur fond de rythmes brûlants… Caminando ou Mediterranée sont instrumentales et repoussent les limites de la guitare acoustique ; Manolette célébrant l’amour sous les doigts de cet autodidacte qui pratique le flamenco à sa façon, homme aux « menottes d’argent » à rapprocher de Georges Brassens, autre esprit libre né lui aussi à Sète en 1921 !