Syd Barrett – Opel

Paru en 1988, Opel regroupe à la fois des titres inédits et des versions alternatives à celles déjà présentes sur les deux albums officiels de Barrett : The Madcap Laughs et Barrett. Pour autant, les variations sont bien réelles entre le retour d’interprétations brutes de décoffrage, comme Birdie Hop, une ballade touchante, ou bien Milky Way et sa guitare enfantine, Let’s Split qui comme son nom l’indique est réellement coupée en son milieu par Syd lui-même. Si l’on ajoute l’inventaire déclamé de Word Song, l’instrumentale de Golden Hair et la chanson titre Opel, aussi aboutie que peuvent l’être Terrapin ou Baby Lemonade, on obtient bien un troisième album qui tient la route, et contient comme les autres un dernier quart d’heure de prises de son encore plus expérimentales. De quoi puiser longtemps aux sources de celui qui fut à l’origine du plus grand groupe de rock psychédélique. Conçu par Phil Smee, le livret est à la hauteur des deux précédents.