Syd Barrett – Barrett

Sorti la même année que The Madcap Laughs, le second album de Syd Barrett n’était sans doute pas dicté par une quelconque urgence commerciale, on a pourtant le sentiment qu’il fallait faire vite, et continuer à saisir ce qui pouvait encore l’être. Il en résulte un disque moins écartelé que le premier, où les chansons se succèdent à un rythme plus serein, de la triste et tranquille Baby Lemonade à une lancinante partie de Dominoes, mon morceau préféré, puis vient la récitation sur Rats, qui nous submerge tandis que Gigolo Aunt nous ramène au style attendu des Pink Floyd, et l’on sent bien que le groupe est plus à son aise que l’autre fois, sur cet album où ils sont à nouveau venus donner de l’écho aux soubresauts de l’éternel ami, qui renaît et puis s’en va d’un titre à l’autre, dans un état de grâce rendant ce disque plus abordable que le précédent, même si les deux sont indissociables. Couverture et livret sont à nouveau signés du collectif Hipgnosis, avec des photos remarquables.