Sons of the Desert – Cannibal Hood, Carnival Hat

J’ai découvert les Sons of the Desert à la Petite France de Strasbourg, c’était en 1993 le jour de la fête de la Musique. Où j’ai été conquis par la voix dorée de Tracey Booth également en charge du bodhrán, ce tambourin typique de la musique irlandaise et que l’on frappe avec un petit bâton ; faisant ici office de section rythmique aux côtés de la contrebasse de Stephen Harrison. Le groupe s’est rencontré dans le métro londonien avant de se faire une réputation sur scène grâce à une palette d’instruments allant de la mandoline au banjo (Ewan Shields), du violon au saxo (Joseph Doherty) et à la guitare (Johnny Nolan)… Paru en 1992, leur premier album Cannibal Hood, Carnival Hat propose 13 titres chantés par Tracey côté cristallin (Treacle) et Ewan pour le grenu (Gramasols), ses hurlements outrés me rappelant Arkelion, un autre groupe dont j’ai eu vent au pays des cigognes… C’est country (Rover) et folklorique (Bit of a Stew), féérique (Nightmare Snack) ; ça n’a pas voulu choisir entre Dexys et les Dubliners, alors même si on n’est pas chez Sinead ou Clannad, il est doux de réécouter ces attachants touche-à-tout.