Siouxsie & The Banshees – Hyæna

Sixième opus de Siouxsie & The Banshees, Hyæna voit le jour en 1984, deux mois après The Top des Cure. Je fais l’impasse sur A Kiss in the Dreamhouse, où à part la flûte à bec de Green Fingers et Circle il n’y a rien à  écouter ; tandis que Dazzle envoie la sauce avec l’appui du London Symphonic Orchestra pour un titre céleste et euphorisant, l’orgue et les chœurs de Take me Back faisant l’effet d’un moment shoegaze à la manière des Cocteau Twins qui auraient pris un petit café… Le guitariste McGeoch ayant été remercié pour alcoolisme, l’album a été composé et interprété avec le soutien renouvelé de Robert Smith, qui reprendra le thème à peine modifié du langoureux Swimming Horses sur l’album The Head on the Door l’année suivante (Six Different Ways) ! Puis Siouxsie incarne Dear Prudence de façon plutôt rasoir, où les synthés se montrent plus audacieux que le chant, avant de conclure par des tentures orientales (Blow the House Down) ce disque distrayant mais inégalement étoffé.