Red Snapper – Prince Blimey

Paru chez Warp en 1996, le premier album de Red Snapper déborde d’invention et assoit le style esquissé sur Reeled and Skinned. Avec son orgue cadencé comme un train sous un tunnel, Crusoe Takes a Trip valide d’emblée cet aller simple vers la non-routine, sans arrêt jusqu’à Get Some Sleep Tiger et son duo fusionnel entre guitare basse et batterie, rejoint par le saxo écumant d’Ollie Moore… Harmonica lunaire (Fatboy’s Dust) et réverbérations post rock (Moonbuggy) s’enchaînent vers le chant saillant d’Anna Haigh ; Digging Doctor What rappelant les derniers éclats d’Orbital avant les ondes de Gridlock et le redoutable climax de Lo-beam… Avec ses rythmes syncopés et une basse qui sonne comme nulle part ailleurs, Prince Blimey innove tout autrement que Richard D. James paru la même année. Pour retrouver un tel frisson, on cherchera plutôt du côté de Second Toughest in the Infants. Ça alors !