Private Domain

Pour le Printemps de Bourges 2009, la cheffe d’orchestre Laurence Equilbey dite « Iko » convie des artistes de la scène electro le temps d’un spectacle restitué sur ce cd paru chez Naïve, qui ont carte blanche pour réviser leurs classiques. Ça démarre mollement avec Marc Collin et Emilie Simon, puis le DJ Para One revisite Mozart avec son Requiem Fragment, où le chant est électrisé façon Hot Butter ; mais le noyau dur est à venir avec les deux contributions de Murcof : Amor où le chant de Piana s’insinue entre des cordes grinçantes, flûté comme une Stina Nordenstam sous ventoline ; suivi de Death and Maiden où c’est Schubert qui a droit au grand jeu du mexicain, déployant des tourbillons de cordes où le temps se défait entre les tentures vermoulues… Avec une énième reprise de la Septième, Para One arrache un frisson avant d’exceller avec Passion et ses mouvements nerveux inspirés de Bach, de la gravité dans les chœurs et une voix off sibylline clôturant cette compilation inventive mais inégale, qui fait penser à Pierre Henry remixant sa Dixième onze ans plus tôt.