Prince – 1999

Musicien, auteur et interprète inclassable, Prince Rogers Nelson est né en 1958 à Minneapolis. Son père est pianiste et sa mère chanteuse de jazz, il apprend la guitare et monte un groupe à l’âge de 15 ans, avant d’être repéré par Warner qui lance son premier album en 1978… Quatre ans plus tard et autant de disques où s’affirme son style entre funk et pop, Prince publie le double album 1999. Il en assume la voix et les guitares, les claviers et même la batterie grâce à la Linn LM-1, l’une des premières boîtes à rythmes programmable de laquelle il saura extraire ces sons qui deviendront sa signature… Festif et futuriste, le morceau éponyme enterre le millénaire avec dix-sept ans d’avance, des rythmes syncopés se mariant bien aux paroles suggestives de Delirious et Let’s Pretend we’re Married… Long de 9 minutes, Automatic gémit sur une couette de guitares suivie de basse slapée ; j’aime aussi Something in the Water et son tempo fondu, sa voix réverbérée avant d’atterrir avec le slow aérien International Lover… Funky et audacieux comme Thriller qui sortira un mois plus tard, avec aussi des cris aigus et un sacré groove, 1999 n’est pas près d’être daté.