Plan B – The Defamation of Strickland Banks

Ben Drew est un chanteur britannique né à Londres en 1983. Abandonné par son père à l’âge de six ans, lequel faisait partie d’un groupe punk dans les années 70, il apprend la guitare en écoutant Blur, compose son premier single à 18 ans en se faisant appeler « Plan B »… Paru en 2010, son second album The Defamation of Strickland Banks raconte l’ascension d’un chanteur soul sur fond de désillusions amoureuses, jusqu’à rencontrer une femme qui va l’accuser du pire et le faire incarcérer… Accompagné par un orchestre et de nombreux choristes, sa voix haut perchée ne manque pas de groove sur Love Goes Down ; mais je me suis surtout intéressé à ce disque pour le single She Said, ses arrangements sensuels et son rap au milieu, sans en retrouver le parfum par ailleurs… Car le malheureux peine à transmettre son enfermement (Welcome to Hell) et s’enlise dans les clichés derrière un hip hop alambiqué (Hard Times, Traded in my Cigarettes), loin des albums qui font vibrer sur le même thème (The Wall, The Prisoner, The Hurting). Et si le swing rappé de Darkest Place ressemble à un morceau de viande oublié au fond de la gamelle, on est assez contents qu’il y ait un couvre-feu.