Pink Floyd – Meddle

En 1971, après six mois d’enregistrement l’album Meddle démarre avec les guitares basses de Gilmour et Waters, le temps d’un ouragan instrumental où le bruit du vent se déploie dans l’espace (One of these Days). Puis il y a des ballades acoustiques, ainsi Fearless incluant des extraits de l’hymne footballistique You’ll Never Walk Alone en plus de son célèbre riff à la guitare ; San Tropez au tempo jazz avec slide guitar et solo comme dans un piano bar ; et un blues savoureux interprété par le chien Seamus, reléguant au second plan harmonica et voix humaine… Mais Meddle est surtout mémorable pour sa seconde face, remplie avec Echoes et où il est question d’albatros avant un long solo de Gilmour suivi de larmes prolongées, tirées d’une guitare trafiquée dans un cosmos où règne la mélancolie. Le sonar enchaîne et la batterie, l’orgue et les cordes signent un crescendo à couper le souffle, avant les derniers couplets chantés par Richard Wright… En continuité avec Atom Heart MotherMeddle mêle invention et virtuosité.