Pierre Bastien – Téléconcerts

Ces trois Téléconcerts ont été enregistrés dans les studios de Radio France, avec Alexei Agiui au violon, Mitsuaki Matsumoto à l’electro, Pierre Bastien à la trompette et bien entendu au Mecanium, avec lequel nous faisons connaissance grâce au copieux poster plié dans le digipack, un objet ingénieux en soi et qui se referme grâce à un aimant. On y découvre un clavier musical piloté par une colonne vertébrale montée sur une tringle de Meccano, des poulies et un improbable lecteur de vinyles… Une ambiance fantomatique s’installe dès le Larghetto, entre les cliquetis de machines et une scie musicale, vibrant en boucle et suivie d’un violon chantant, car si Bastien se répète c’est sans s’enfermer dans le minimalisme, il est trop baroque pour ça ; quant au second Moderato, il m’évoque les vignettes surréalistes de Terry Gilliam dans le Flying Circus des Monty Python. Inondé de cordes atmosphériques, le troisième Téléconcert se situe entre thriller et train couchette, du moins ce soir car à chaque écoute on découvre autre chose sur ce disque, tellement ouvert qu’il se met au diapason de notre présent.