Philip Glass – Symphonies n°2 & 3

Présentées dans le désordre sur ce disque paru chez Naxos, les Symphonies n°2 et n°3 de Philip Glass ont été écrites en 1994 et 1995. La n°3 est la moins intéressante et dure 24 minutes, on y entend dix violons et des altos, deux contrebasses qui font des arpèges et puis juste après en refont, où rien ne se détache à l’exception du troisième mouvement, céleste lorsqu’un violon parvient à s’échapper du peloton… Il en va tout autrement de la n°2, en trois mouvements dont le premier s’ouvre à la clarinette avant d’être repris par un orchestre où se superposent flûtes et hautbois puis trompettes et trombones ; où l’on retrouve la force narrative du Concerto pour Violon qui avait servi d’illustration au film La Moustache d’Emmanuel Carrère. Multiple et tendu avec son tuba qui soutient la mesure, le second mouvement prépare à la dernière séquence où cordes et cuivres grimpent quatre à quatre vers un pic réclamant du souffle, renforcés par des percussions affûtées. Une épopée de 44 minutes où le solennel côtoie le tumultueux, à grande rasades polyphoniques pour une ascension vers l’abondance.