Peter Gabriel – Melt

Paru en 1980, trois ans après Car et deux ans après Scratch, Melt est le troisième album solo de Peter Gabriel. Toujours photographié par Hipgnosis, on y voit en couverture le visage de l’artiste à moitié fondu, d’où son titre afin de le différencier parmi ses quatre premiers albums éponymes. Intruder saisit d’emblée avec son atmosphère de série noire à la Diva, suivi de No Self Control où Gabriel s’est entouré de Phil Collins, Robert Fripp et Kate Bush pour les chœurs de ce morceau époustouflant, inspiré au xylophone par l’œuvre de Steve Reich… Games Without Frontiers évoque l’émission télévisée Jeux Sans Frontières (et ce sont bien ces mots que Kate Bush répète à l’envi) ; tandis que l’envolée finale de Not One of Us et Family Snapshot préfigurent la bande originale du film Birdy d’Alan Parker, qu’il signera cinq ans plus tard… Terminé par le célèbre hommage à Steven Biko, riche d’influences multiples où rock progressif et nuances de new wave ont tendance à se fondre, Melt est un album virtuose et tourmenté, à explorer sans relâche.