Orchestral Manœuvres in the Dark – Architecture & Morality

Troisième album d’OMD, Architecture & Morality est un disque schizophrène où balades atmosphériques et saillies pop alternent avec une régularité binaire… Les voix aériennes de The New Stone Age flirtent à la limite de la dissonance ; la mélodie de Souvenir défie le temps, inoubliable écrin de mémoire nourri au pouls de Radioactivity. Sealand est lente et son mellotron évoque les King Crimson, cet instrument étant aussi repérable sur Joan of Arc (II). Le titre éponyme dépouille vers The Beginning and the End et son tic tac évanescent, des instants soignés dont on est distrait par d’autres morceaux typés se rapprochant de Depeche Mode (She’s Leaving, Georgia…) Malgré une incursion originale dans le rock progressif, A&M laisse une impression de désordre écartelant ; là où l’élégante complexité d’Organisation se rapprochait de Work.