Orbital – Snivilisation

Troisième album d’Orbital, Snivilisation paraît en 1994. Les samples parlés sur Forever et I Wish I Had Duck Feet rappellent The Art of Noise, Philosophy By Numbers se la joue ambient et les pianos de Kein Trink Wasser font un concours d’accords plaqués ; les percussions dominent et le disque est marqué par des effets parfois foutraques, enthousiasmants sur Crash And Carry mais moins heureux avec la chanteuse de Goldfrapp, qui contribue paresseusement à Sad But True avant de se rattraper sur le chamarré Are We Here? Orienté techno avec un soupçon d’IDM, Snivilisation défoule mais n’emporte pas très loin, à l’exception du très organique morceau Attached, qui boucle l’album et contient à n’en pas douter les germes du suivant.

acheter ce disque