Nick Drake – Bryter Layter

Un an après Five Leaves Left qui n’a connu qu’un succès d’estime, Nick Drake revient avec un album moins dépouillé, aux arrangements jazzy comme en attestent les cuivres de Hazy Jane II ou le saxo alto sur At the Chime of a City Clock. Frustré par l’échec de son premier opus, mal à l’aise sur scène où le public ne comprend pas sa musique, Nick accepte les idées de son producteur en vue d’aboutir à un second disque plus accessible, n’hésitant pas à inviter John Cale aux claviers sur Northern Sky, quitte à s’effacer derrière le jeu envahissant de l’icône du Velvet Underground, voire à se laisser affubler de chœurs guignolesques sur Poor Boy… Mais l’aura naturelle de Drake n’est pas écornée par ces sophistications, pour s’en convaincre il suffit d’entendre One of these Things First, où c’est le piano qui sert le chanteur ; ou encore la flûte accompagnant la guitare sur les élégantes instrumentales Bryter Layter et Sunday… C’est pourtant l’album mineur de Nick Drake, mais comme il n’en reste plus qu’un à découvrir, il faudrait être fou pour s’en priver.