Neil Young – On the Beach

Paru chez Reprise deux ans après Harvest, le cinquième album studio de Neil Young est en rupture avec l’emphase et la chansonnette facile. Un orgue, une voix et un soupçon d’harmonica suffisent à See the Sky about to Rain ; le banjo de For the Turnstiles confirmant le dénuement, laissant le « loner »  presque a cappella le temps d’une ballade à la slide guitar. Les cordes se lamentent sur On the Beach, un blues sourd et martelé qui nous emporte doucement vers Ambulance Blues, où l’harmonica et le fiddle (nom canadien donné au violon populaire) s’épanchent jusqu’à enrober la voix de Neil plus grave qu’à l’accoutumée… Mélancolique et ralenti, plus exigeant que son prédécesseur, On the Beach est un album qui passe à toute allure et donne à peine le temps de méditer sur sa formidable pochette, où le chanteur fait face à l’océan tandis qu’un engin non identifié s’est échoué sur la plage, à côté des chaises à fleurs.