Moby – Wait for Me

Sept ans après son dernier disque intéressant (18), Moby revient avec Wait for Me, un opus contemplatif dont l’inspiration lui est venue à la suite d’un discours de David Lynch à l’académie britannique des arts de la télévision et du cinéma (BAFTA), où l’aîné vantait les mérites de la créativité libérée de toute considération commerciale… Il en résulte des titres dépouillés et instrumentaux (Division, Scream Pilots), mélancoliques avec Amelia Zirin-Brown (Pale Horses) ou Kelli Scarr (Wait for Me) ; Moby renoue également avec l’art de répéter un couplet sur 4 minutes avec chœurs emphatiques et craquements de vinyles (Study War) et s’autorise un Slow Light qui aurait pu figurer au générique de la saison finale de Twin Peaks, avant de conclure sur une note trip hop avisée (Isolate). Avec ses effets réduits et son piano ambient, on embarque aisément dans ce neuvième album, où Moby s’est dessiné en couverture sous la forme d’un petit homme pourvu d’antennes.