Miles Davis – Star People

Une dizaine d’albums après Sketches of Spain, de Sorcerer à Water Babies en passant par Bitches Brew, le style de Miles a évolué vers le jazz fusion grâce à l’ajout d’instruments électriques, jusqu’en 1975 où il éprouve le besoin de se mettre en retrait pendant six ans… Paru en 1983, Star People reflète l’ampleur de ces changements avec deux guitares et deux basses, Davis à la trompette et aux claviers ; et un certain William « Bill » Evans aux saxophones ténor et soprano (à ne pas confondre avec le Bill Evans de Kind of Blue). Un mélange de pop et de funk où les synthés sont gras et la basse slappée, comme sur It Gets Better que l’on dirait improvisé à la cool dans un couloir de métro ; un bouillon eighties pour assaisonner la trompette de Miles qui s’envole sur Star People, morceau fleuve où chaque instrument a voix au chapitre des solistes ; suivi du tempo éclatant, urbain de U’n’I… Parce qu’il se prend moins au sérieux que ceux de la période modale, ce disque a l’avantage de ne pas trop intimider les oreilles de l’amateur de jazz occasionnel.